Bienvenus à cette nouvelle expérience!!!!!

Bonjour à tous et à toutes et bienvenus sur le blog du Département de français. C'est en septembre 2011 que l'on commence à démarrer et c'est avec un mélange d'appréhension et d'excitation qu'on s'y met.

Ce mode d'expression est en vogue sur internet, donc, nous allons en profiter.

Il n'y a pas que nous, Beatriz et Conchita qui allons écrire; à votre tour vous allez pouvoir y participer. Rassurez-vous!!!! On corrigera avant!!!!

Vous allez découvrir sur ce blog toute l'actualité, des conseils, des aides précieuses, etc.

Nous, on le crée mais il faut l'animer. On compte sur vous!!!!

martes, 17 de mayo de 2016

LES "SANS-CULOTTES"

 
Figures emblématiques de la Révolution française, les sans-culottes incarnent l'intervention du peuple dans les bouleversements politiques et sociaux qui se jouent à fin du XVIIIe siècle. Révolutionnaires radicaux issus des catégories populaires, ils influent à de nombreuses reprises sur le cours de la Révolution.
C'est par dérision que les aristocrates nommèrent ainsi les prétendus "patriotes" qui arborent le pantalon (au lieu de la culotte & du bas de soie, symboles de l'Ancien Régime).
Leur tenue se complète d'une veste courte, la carmagnole, d'un foulard et du bonnet phrygien, symbole de la prétendue "liberté".
Ils sont toujours représentés avec la "sainte pique", l'arme type du peuple.
Épris d'égalité, le Sans-Culotte pratiquait le tutoiement et remplace le "monsieur" par "citoyen".
 





Les « Sans-culottes » sont des amis de la Révolution. Issus du peuple (artisans, ouvriers, petits commerçants…), ils veulent une République égalitaire. Ils ne portent pas la culotte (pantalon qui s'arrête au genou) et les bas de soie (réservés à la noblesse et la bourgeoisie) mais une veste courte à gros boutons (la Carmagnole) ou un gilet, se coiffent d'un bonnet rouge (bonnet phrygien) en souvenir des esclaves libérés et marchent en sabots. Ils tutoient les autres et les appellent « citoyens ». Et pour se défendre, ils utilisent une pique ou une arme.
Après le massacre du Champ-de-Mars en 1791, leur habit devient le symbole de leur lutte. Les « Sans-culottes » veulent la liberté, luttent contre la vie chère et contre les prêtres qui n'acceptent pas la Révolution. Ils veulent que l'argent des plus riches soit redistribué aux plus pauvres. Ils sont prêts à s'engager dans l'armée et à faire la guerre contre d'autres pays pour défendre leurs idées.
 
Ils participent aux clubs (les plus connus sont le club des Cordeliers et le club des Jacobins), où ils discutent de leurs idées et rédigent des revendications qu'ils proposent aux élus du peuple à l'Assemblée. Les journalistes Marat et Hébert ont défendu les idées de ces acteurs de la Révolution. Au moment de la Terreur, ils prennent une place importante dans les quartiers, en dénonçant ceux qui sont contre la Révolution. À la mort de Robespierre, en 1794, les « Sans-culottes » perdent leur pouvoir politique et culturel.
 
 
 
 
 
 
 

No hay comentarios:

Publicar un comentario