Bienvenus à cette nouvelle expérience!!!!!

Bonjour à tous et à toutes et bienvenus sur le blog du Département de français. C'est en septembre 2011 que l'on commence à démarrer et c'est avec un mélange d'appréhension et d'excitation qu'on s'y met.

Ce mode d'expression est en vogue sur internet, donc, nous allons en profiter.

Il n'y a pas que nous, Beatriz et Conchita qui allons écrire; à votre tour vous allez pouvoir y participer. Rassurez-vous!!!! On corrigera avant!!!!

Vous allez découvrir sur ce blog toute l'actualité, des conseils, des aides précieuses, etc.

Nous, on le crée mais il faut l'animer. On compte sur vous!!!!

jueves, 18 de mayo de 2017

LE LAPIN DU MÉTRO PARISIEN





Fidèle passager du métro parisien, la trentaine, affublé d'un costume jaune qu'il vente ou qu'il neige, polyglotte à ses heures perdues et l'air constamment surpris.
Vous l'avez reconnu ?
Lui, c'est le lapin du métro parisien, parfois surnommé « lapin RATP ». Parce que vous le croisez tous les jours et qu'il est fort probable que vous ayez déjà suivi ses conseils.

Les débuts du lapin RATP

En 1977, le lapin du métro parisien naît de l'imagination de la RATP pour prévenir les enfants des dangers des portillons automatiques. Plus précisément, c’est l'agence ECOM qui a été chargée de communiquer sur ces derniers. La directrice de création, propriétaire d'un lapin, opte pour le rongeur bipède comme mascotte pour dissuader les enfants de mettre leurs mains sur les portes du métro.
 
 
 
 
Présent sur des vignettes autocollantes placées à la hauteur des yeux des bambins, le mammifère a traversé toutes les générations. C'est d'abord dans une salopette rouge, un t-shirt jaune et les pieds nus toujours, que le lapin prend ses quartiers dans les souterrains de la capitale. Dessiné par Anne Lelagadec, l'animal squatte initialement les wagons de la ligne 1 pour définitivement s'installer sur l'ensemble des lignes du métro et du RER en 1982.
 
 
 

Relooking pour Serge le lapin du métro

En 1986, relooking pour le lapin qui troque sa salopette pour un pantalon et un t-shirt jaune pour être bien visible des plus imprudents. Serge Maury, le dessinateur, choisit également un pelage rose (jaune à l'origine) et trois doigts à chaque main et à chaque pied. Depuis, malgré quelques petites modifications, l'animal – parfois surnommé Serge en hommage à son créateur – est resté le même, n'hésitant jamais à donner de sa personne pour prévenir des risques de pincements.
 
Ma source: pariszigzag.fr
 
 
 
 
 

No hay comentarios:

Publicar un comentario