Bienvenus à cette nouvelle expérience!!!!!

Bonjour à tous et à toutes et bienvenus sur le blog du Département de français. C'est en septembre 2011 que l'on commence à démarrer et c'est avec un mélange d'appréhension et d'excitation qu'on s'y met.

Ce mode d'expression est en vogue sur internet, donc, nous allons en profiter.

Il n'y a pas que nous, Beatriz et Conchita qui allons écrire; à votre tour vous allez pouvoir y participer. Rassurez-vous!!!! On corrigera avant!!!!

Vous allez découvrir sur ce blog toute l'actualité, des conseils, des aides précieuses, etc.

Nous, on le crée mais il faut l'animer. On compte sur vous!!!!

miércoles, 25 de enero de 2017

"AVOIR UN JULES"


D'où vient cette expression?


Madame de Polignac


Elle va très bien. Elle a un « Jules »….Un petit ami, un homme dans sa vie quoi ! Mais pourquoi emploie-t-on cette expression ?
Il faut remonter à Marie-Antoinette et à son amie Madame de Polignac. L'épouse du comte Jules de Polignac entretient une relation très privilégiée avec la Reine qui fait jaser et provoque des jalousies.
Jolie, élégante, enjouée, Yolande de Polignac croise le chemin de la reine en 1775. Sa nature vive et spontanée plaît à Marie-Antoinette qui redécouvre à ses côtés la légèreté et l'insouciance qui lui font tant défaut à Versailles.
Très vite, une amitié profonde se noue entre les deux jeunes femmes. La position privilégiée de Madame de Polignac lui permet d'obtenir de nombreux avantages pour sa famille et son entourage, et elle obtient le titre de duchesse et la charge de Gouvernante des Enfants de France en 1782.
Leur relation suscite critiques et jalousies, le peuple jugeant scandaleux les privilèges accordés à cette favorite, alors que le royaume est en proie à des difficultés financières.
Les calomnies allèrent jusqu'à prêter à Marie-Antoinette et à son amie des relations dépassant le cadre de l'amitié, et on qualifia Yolande de Polignac de « Jules de la reine » (puisqu'elle était Madame Jules de Polignac, épouse du comte Jules de Polignac). D'où l’expression « avoir un Jules », c'est-à-dire avoir un petit copain, un amoureux…
Certains vont même jusqu'à insinuer que les femmes sont amantes. Par prudence, ceux-là préfèrent parler d'elle en l'appelant le « Jules de la Reine  » plutôt que de prendre le risque de passer pour quelqu'un qui accuse Marie-Antoinette d'homosexualité.
 
 
 
 
 

No hay comentarios:

Publicar un comentario