Bienvenus à cette nouvelle expérience!!!!!

Bonjour à tous et à toutes et bienvenus sur le blog du Département de français. C'est en septembre 2011 que l'on commence à démarrer et c'est avec un mélange d'appréhension et d'excitation qu'on s'y met.

Ce mode d'expression est en vogue sur internet, donc, nous allons en profiter.

Il n'y a pas que nous, Beatriz et Conchita qui allons écrire; à votre tour vous allez pouvoir y participer. Rassurez-vous!!!! On corrigera avant!!!!

Vous allez découvrir sur ce blog toute l'actualité, des conseils, des aides précieuses, etc.

Nous, on le crée mais il faut l'animer. On compte sur vous!!!!

martes, 31 de enero de 2017

LA RUMEUR




Il y a deux grandes significations que l'on peut attribuer au mot rumeur, ce n’est pas seulement un groupe de Rap. La rumeur au départ, c'est un bruit continu, sans source précise, mais c'est aussi et surtout pour ce qui nous intéresse :
Rumeur (cf. Le Larousse, nf. Du lat. Rumor, -oris) : « Nouvelle, bruit qui se répand dans le public, dont l'origine est inconnue ou incertaine et la véracité douteuse ».
Cela viendrait du bruit que faisaient les armées romaines et que l'on pouvait entendre bien avant qu'elles n'arrivent, les spartiates sur les pavés. La rumeur a une cible,  l'opinion, qu'elle cherche à manipuler.
Le mot « rumeur » a autant de définitions qu'il y a de chercheurs sociologues qui en parlent. Cela montre peut-être nos tendances à aimer les histoires un peu cachées, que personne ne connait vraiment, mais dont tout le monde parle. On adore ça…
En droit, une rumeur, si elle est un peu négative comme c'est souvent le cas, c'est une diffamation, dire du mal de quelqu'un ou de quelque chose. La calomnie, c'est une dénonciation qui salit l'image de quelqu'un et qui se fonde sur un mensonge. C'est une forme de médisance.
Il y a aussi des rumeurs qui se basent sur des sources réelles et fiables et qui se vérifient par la suite, c'est ce qui donne son pouvoir à la rumeur. Certaines rumeurs annoncent ainsi la nomination de telle personne dans tel ministère, ou le transfert de tel joueur dans tel club, ce qui finit par vérifier. Du coup, les rumeurs passent souvent pour des choses crédibles.
Colporter de fausses informations… ce n'est pas interdit par la loi. Par le bon sens, c'est autre chose, mais tout dépend du contexte, en temps de guerre ça a pu servir à effrayer un ennemi par exemple, les rumeurs sont d'ailleurs assez utilisées à des fins inattendues.
Si on regarde bien, le vocabulaire qui décrit ce processus est immense.
Les commérages (ils ont comme caractéristique de se faire en petits groupes, comme dans un immeuble par exemple).
Le téléphone arabe (c'est une rumeur qui se déforme en passant de l'un à l'autre, pour finir par dire autre chose qu'au départ) ou encore le cancan (une sorte de médisance).
Les racontars (ce sont véritablement des mensonges totalement inventés par le locuteur premier).
Le on-dit ( il se base sur une croyance, que l'on a tout comme la rumeur, pas loisir de vérifier). 
Le ouï-dire (il s'agit de quelque chose que l'on croit avoir entendu, à tord ou à raison).
Le ragot (il revêt un aspect des plus salissants et on aime bien en connaître le détail en général…).
Les légendes urbaines (elles s'apparentent aux mythes, en version moderne. Exemple : les bébés nés en avion payent bien leurs billets comme tout le monde par la suite…).
Le bruit qui court (on arrive pourtant à le rattraper).
Le bruit de couloir (celui-ci se fait à bas mots, il n'est vraiment pas bruyant). Dans les entreprises ou les institutions, on parle aussi de « radio moquette… »
Sur Internet : Les buzzs (ça fait du bruit, ça se répand partout), les Hoaxs (qui sont à la base des canulars que beaucoup pensent être réels) reproduisent le même phénomène, avec le pouvoir immense du web pour répandre une information à vitesse grand  V. (pour vérifier si une rumeur sur internet en est bien une : http://www.hoaxbuster.com )
 
Ma source: filsantejeunes.com
 
 
 


 

No hay comentarios:

Publicar un comentario